Le programme

Mozart :

Wolfgang Amadeus Mozart, est né à Salzbourg le 27 janvier 1756 et mort à Vienne le 5 décembre 1791 (à 35 ans)
Largement considéré comme un virtuose, il est une référence dans la domaine de la musique classique, il a laissé un héritage musical colossal.
Une grande partie de la musique religieuse de Mozart a été composée avant sa vingt-cinquième année, du temps où le jeune homme exerce les fonctions de musicien d’église au service du prince-archevêque de Salzbourg. De cette époque qui précède son installation à Vienne en 1781, datent seize messes. Malgré leur caractère fonctionnel et « de circonstance », celles-ci contiennent de magnifiques pages, que les chefs-d’œuvre inachevés de la période viennoise (la Grande messe en ut mineur et le Requiem) ont éclipsées.
 
Dixit et Magnificat KV 193 en do majeur

Partition de préférence: Carus


Le Dixit et Magnificat semble renouer avec l’esthétique baroque, comme en écho au style vénitien du XVIIe siècle. Il s’agit de la première de trois partitions composées par Mozart pour des vêpres solennelles pendant sa période salzbourgeoise. Contrairement aux deux autres, celle-ci n’est que fragmentaire, puisqu’elle ne contient que les prières placées au début et à la fin de l’office des vêpres : le Dixit Dominus (psaume 109) et le Magnificat (cantique de la Vierge Marie tiré de l’évangile selon saint Luc). 
Les grandes parties des deux textes bibliques sont soulignées par des changements de ton qui accentuent la solennité de l’ensemble. La majesté et l’allégresse qui en émanent sont dues pour une large part à la présence au sein de l’orchestre des deux trompettes et des timbales, mais aussi à la brillante écriture chorale elle-même, à la variété de laquelle contribuent les brèves interventions des solistes.
Durée 10mn
Chœur et 3 solistes
 
Missa brevis en si bémol Majeur KV 275

Partition de préférence: Carus

 
Cette messe fut créée en décembre 1777, dans l’église Saint-Pierre de Salzbourg, alors que l’auteur prolongeait son séjour à Mannheim avant de partir pour la France. Son titre de « messe brève » s’explique par sa durée modérée et la simplicité des moyens mis en œuvre. L’inspiration mélodique est franche et presque populaire, et l’orchestre réduit au minimum, bien que Mozart en tire toutes les possibilités expressives. Chaque prière fait l’objet d’un seul numéro, dans lequel solistes et chœur interviennent alternativement, à l’exception du Sanctus, chanté par le seul chœur, dont la seconde partie, Benedictus, est traitée sous la forme d’une aria pour soprano solo.
Durée 18mn
Chœur + 4 solistes
 
 
Martin Palmeri 
 
Né en  1965 à Buenos Aires, est un compositeur et chef d'orchestre argentin.

Misatango

Partition: Tonos


Martin Palmeri est l'auteur de la Misa a Buenos Aires, connue sous le nom de Misatango, créée en 1996.
C'est une messe chorale sur des sonorités de Tango. Elle est composée sur les mêmes mouvements qu’une messe en latin classique, à laquelle se mêlent les harmoniques et les rythmes syncopés du tango. Le compositeur introduit en outre l’instrument emblématique du tango, le bandonéon, soliste aux côtés d’un orchestre à cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasse) et du piano. Une partie de mezzo-soprano solo vient ponctuer l’œuvre, répondant au chœur mixte
 
« Cette oeuvre a été écrite avec l’intention d’offrir à mes choeurs une oeuvre symphonique chorale qui puisse nous rapprocher du répertoire du tango. En effet, en travaillant avec mes choeurs, j’ai constaté à quel point l’interprétation des tangos traditionnels par des chorales est particulièrement difficile et complexe. Cette oeuvre est donc ici un hommage aux choeurs et au tango ainsi qu’à ses créateurs. Mais elle est aussi issue d’une production spontanée, fruit de mon expérience, comme chef de choeur, pianiste et arrangeur de tango. » Martín Palmeri
Durée : 41mn